Tueries de Beni : activités paralysées à Goma et Rutshuru pour demander le départ de la Monusco

Sur appel du Parlement des Jeunes du Nord-Kivu en collaboration avec d’autres organisations des jeunes, les activités ont été paralysées dans l’avant-midi de ce lundi 2 décembre sur une grande partie de la ville de Goma et à Rutshuru dans le Nord-Kivu.

En effet, ces organisations avaient appelé à une journée ville morte pour protester contre les massacres des populations dans la région de Beni et exiger par la même occasion le départ de la Mission des Nations-Unies en RDC (Monusco) accusée d’être passive face aux multiples souffrances des habitants.

Sur place à Goma, plusieurs commerces n’ont pas fonctionné. Des bureaux et autres activités ont connu un sérieux ralentissement dans la matinée. Des écoles n’ont pas également ouvert, car il faut le rappeler les évêques catholiques de l’Est avaient appelé toutes les écoles et universités, etc. à consacrer cette journée pour pleurer les morts de l’Est de la RDC.

 «Observer deux journées ville morte c’est synonyme de dire NON à la présence des casques bleus de la Monusco dans la Province du Nord-Kivu, soutenir notre armée loyaliste aux fronts et compatir avec nos compatriotes de Beni. Chers compatriotes de la ville de Goma, vous êtes de véritables héros pour ce pays » s’est réjoui Johnson Ishara, président du Parlement des Jeunes du Nord-Kivu.

Dans un communiqué, le maire de Goma avait appelé les habitants à vaquer librement à leurs occupations.  

A Rutshuru également, plusieurs commerces n’ont pas fonctionné. Les activités ont tourné au ralenti.

A Kiwanja par exemple, les activités socio-économiques sont restées paralysées, ce tout l’avant-midi. Des jeunes mobilisés par le Parlement des Jeunes ont tenté de manifester et la police a usé de gaz lacrymogène pour les disperser alors qu’ils tentaient de bloquer la route Nationale N°4.

Claude Musengero

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )